La découverte des vestiges d’une ancienne station de transmission à Grandchamp-des-Fontaines

Des fouilles archéologiques effectuées entre mars et juin 2021 ont révélé l’existence d’une ancienne station de transmission de la Luftwaffe à Grandchamp-des-Fontaines. Cette trouvaille a été réalisée dans le cadre de la mise en place de la ZAC (Zone d’aménagement concerté) de Belle Étoile. Zoom sur les enjeux historiques de cette découverte.

La seconde guerre mondiale

De 1939 à 1945, l’Europe a été le théâtre d’une grande guerre qui a impacté le reste du monde. Des études récentes démontrent que dans ce contexte, des troupes allemandes se sont installées à Grandchamp-des-Fontaines jusqu’à la fin de la guerre. Cette hypothèse est corroborée par un courrier de 1945, mentionnant l’occupation de toutes les stations militaires allemandes par des troupes américaines. Des photographies datant de la même époque donnent un aperçu plus complet du site (antennes montées sur des mâts métalliques, baraquements en bois, etc.).

L’occupation allemande

En 2017, d’autres fouilles avaient révélé les traces de l’occupation allemande dans la région. De plus, les archéologues ont établi que la station militaire découverte récemment à Grandchamp-des-Fontaines faisait partie du « Mur de l’Atlantique ». Il s’agit d’un système de fortifications côtières mis en place par le Troisième Reich le long de la côte occidentale de l’Europe. En 1942, des mesures sont prises sur ordre d’Hitler, pour renforcer le littoral ouest européen, afin d’éviter une offensive des alliés.

C’est au Maréchal Rundstedt que revient la lourde tâche de mettre en place un dispositif destiné à empêcher les alliés de débarquer à l’ouest. Il ordonne alors la construction d’un mur longeant la côte occidentale européenne, depuis la Norvège jusqu’à la frontière hispano-française. Mais Rommel, qui lui a succédé, trouve le dispositif fragile, et en ordonne le renforcement.

Des traces de présence américaine

L’analyse des différents effets personnels et militaires retrouvés sur le site de Grandchamp-des-Fontaines indique la présence de troupes américaines. En effet, aucune trace de mobilier allemand n’a été retrouvée.

Malgré les mesures de renforcement entreprises par Rommel, le « Mur de l’Atlantique » ne résista pas aux assauts des alliés, menés par les Américains. C’est ainsi que ceux-ci prirent possession de toutes les installations allemandes en Europe.

Le rôle d’une station de transmission durant la guerre

Une station de transmission a pour but de transmettre des informations confidentielles à la hiérarchie. Elle sert aussi à intercepter les messages envoyés par l’ennemi, afin d’anticiper ses plans.

Le dispositif ENIGMA

Les stations de transmission sont équipées de matériel sophistiqué pouvant capter les renseignements envoyés par l’ennemi. Elles sont aussi dotées de machines portatives capables de chiffrer ou de déchiffrer une information. L’appareil ENIGMA crypte les messages en faisant passer du courant électrique à travers une série de composants. En effet, une petite décharge d’électricité est libérée à chaque fois qu’un opérateur appuie sur une touche du clavier. Le courant passe ensuite par un réseau filaire complexe et traverse une lampe qui s’allume pour indiquer la lettre chiffrée.

Les limites de la machine ENIGMA

Les techniciens alliés ont développé certaines techniques pour déchiffrer les transmissions allemandes. Leurs stations d’écoute enregistrent les messages interceptés, sans oublier de relever l’heure et l’angle d’arrivée du message. Les flux d’informations les plus importants font l’objet d’une surveillance accrue, afin de ne manquer aucune émission.

En outre, les opérateurs alliés sont parvenus à reconnaître leurs homologues allemands à leur toucher, ce qui facilite grandement les opérations de décryptage. De plus, cela permet d’identifier rapidement les unités ennemies ayant changé d’indicatif radio ou de fréquence.

Les chiffreurs allemands sont mis à rude épreuve. En effet, outre les activités de cryptage, ils doivent effectuer des corvées, des tours de garde, faire du sport, etc. Ils peuvent même être sévèrement réprimandés pour avoir manqué une revue militaire. Tout cela impacte grandement leurs capacités à mener à bien leurs missions, les poussant ainsi à l’erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*