Personnes à mobilité réduite, comment passer le permis ?

permis de conduire

Si passer le permis de conduire est un exercice habituel, il l’est moins pour une personne à mobilité réduite. Cependant, les progrès apportés dans le domaine de la conduite ont permis d’adapter la formation aux personnes handicapées. En effet, il est désormais possible pour une personne souffrant d’un handicap de passer le permis de conduire. Cependant, cela est soumis à des réglementations spécifiques. De même, le déroulement de la formation et de l’apprentissage diffère de celle des personnes valides. Dans ce cas, il est essentiel de passer par plusieurs étapes et de choisir une auto-école spécialisée.

Quels sont les prérequis pour une personne invalide afin de passer le permis ?

La conduite nécessite certaines aptitudes afin de garantir la sécurité des usagers de la route et du chauffeur lui-même. Cette règle contraint les candidats à se soumettre aux règlements en vigueur.

  • Être apte à suivre la formation

Même si le permis de conduire convient aux personnes à mobilités ou aptitudes réduites, cela ne concerne pas tous les handicaps. En effet, avant le début de la formation, il est obligatoire de réaliser un test d’aptitude. Certains handicaps ne répondent tout simplement pas à ces prérequis, rendant ainsi impossible l’apprentissage. Ainsi, en cas d’altération grave de l’ouïe ou de la vue (un score inférieur à 5/10) la conduite est impossible.

Pour les autres inaptitudes, il est indispensable de consulter un médecin agréé qui attestera l’aptitude ou non à suivre la formation et la conduite.

Par ailleurs, si une personne possédant déjà le permis est victime d’un accident qui a causé un handicap physique, elle doit également repasser un examen médical.

  • Avoir l’âge minimum requis pour passer le permis

À part le test d’aptitude, il est également indispensable d’avoir l’âge requis pour se former à la conduite selon la catégorie de permis que le candidat souhaite passer.

Quelles sont les démarches administratives obligatoires pour passer cet examen ?

Pour constituer un dossier de candidature afin de passer le permis de conduire, il faut contacter la préfecture. Celle-ci vous indiquera les démarches à suivre et les auto-écoles qui dispensent les cours spécialisés selon la situation (aménagement des véhicules notamment).

Comment se déroulent les épreuves du permis ?

Contrairement aux candidats valides, des éléments supplémentaires sont nécessaires afin d’assurer le bon déroulement des épreuves. Celles-ci dépendent du type d’invalidité dont souffre le candidat.

  • Pour une personne mal entendante

Lors des épreuves, le candidat peut bénéficier des dispositifs de communication selon ses besoins. De même, un spécialiste du langage des signes peut assister le candidat durant l’épreuve théorique et pratique.

  • Pour une personne à mobilité réduite

Si le handicap physique ne représente pas de problème lors des épreuves théoriques, il peut être très contraignant durant l’épreuve de conduite. Celle-ci commence habituellement par des questions sur les indispensables à savoir sur le véhicule.

Dans ce cas, il est également indispensable que le véhicule soit adapté au candidat. Un véhicule adapté dispose d’éléments de commandes différents des voitures normales. Cependant, il doit répondre à certains critères comme la date mise en circulation (inférieure à 10 ans) et des dispositifs de sécurité comme les doubles commandes.

Spécialisée dans le transport de personnes à mobilité réduite, grâce à un aménagement spécifique des véhicules, l’entreprise ADAPTATION BONNET en Bretagne dispose également d’une auto-école spécialisée pour les personnes à mobilité réduite qui souhaitent passer leur permis de conduire.

Quelle est la validité du permis de conduire pour les personnes invalides ?

La validité du permis dépend du type de handicap dont souffre la personne. Toutefois, elle reste limitée, et ce, même si le handicap n’évolue pas ou n’empire pas. Passéun certain délai, un nouveau contrôle médical est obligatoire. En effet, si le handicap altère la capacité de la personne à conduire, elle doit en informer rapidement les autorités. L’assurance ne couvre pas un cas d’accident causé par ce problème et que la personne concernée ne l’a pas déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*